_______________________________________________________

 

 

Mickalene Thomas

I am your sister
November 19, 2015 - January 16, 2016

 

Communiqué de presse
__________________________________________________________
tête-à-tête
Derrick Adams / LaToya Ruby Frazier
Deana Lawson / Zanele Muholi
Malick Sidibé / Xaviera Simmons
Lorna Simpson / Carrie Mae Weems


Après lui avoir consacré sa première exposition en France en 2014, la Galerie Nathalie Obadia est très heureuse de présenter « I am your sister », la première exposition personnelle de l’artiste américaine Mickalene Thomas en Belgique.

À cette occasion, Mickalene Thomas, artiste pluridisciplinaire et réalisatrice parmi les plus reconnues sur la scène artistique actuelle aux Etats-Unis, propose une « double » exposition à la Galerie Nathalie Obadia de Bruxelles. Parmi une sélection de ses œuvres les plus récentes (tableaux, photographies, collages), l’artiste a choisi de montrer celles d’autres artistes internationaux réunis en raison des affinités électives qui les unissent. Ce « tête-à-tête », pour reprendre la formule de Mickalene Thomas, est le nouvel opus d’une série initiée en 2012.

« I am your sister » permet à Mickalene Thomas de poursuivre l’exploration d’un de ses thèmes de prédilection : la féminité, et plus particulièrement celle de la femme noire. Son approche remet souvent en question l’histoire classique de la peinture, qui a longtemps éludé voire raillé la négritude. Le titre de l’exposition bruxelloise fait d’ailleurs référence à l’un des plus célèbres textes d’Audre Lorde (1934-1992), figure emblématique de la littérature noire américaine. Le sous-titre de cette anthologie, « Black Women Organizing Across Sexualities », indique clairement les préoccupations de son auteure – noire, femme et lesbienne. Ces spécificités identitaires, partagées par Mickalene Thomas, sont au fondement du recueil d’Audre Lorde, constitué de textes écrits dans une Amérique post-ségrégationniste, promouvant révolution et changement.

Outre le libéralisme social et la sexualité qui s’illustrent dans l’œuvre d’Audre Lorde, l’univers artistique de Mickalene Thomas fait aussi directement référence à la période qui va des années 1950 à nos jours, une période qui rime aux Etats-Unis avec le Black Power et l’affirmation d’une réalité socioculturelle afro-américaine. Cette dernière s’est rapidement codifiée par le biais d’une esthétique soul, ostensiblement flamboyante et exubérante, que l’on reconnaît instantanément dans les photographies, collages et tableaux de Mickalene Thomas. Dans des environnements domestiques réinventés, elle place, au centre de la scène, ses muses dont les corps épanouis sont savamment disposés dans des décors vintage saupoudrés de strass, et créés à partir d’une riche gamme de techniques. Elle fait alors prendre à ses modèles des poses qui subliment sa vision contemporaine de la femme américaine. Elle convoque ainsi quelques grands précédents picturaux, de Courbet à Balthus, en passant par Manet, Matisse ou même Ingres et La Grande Odalisque qu’elle se réapproprie dans un portrait de Shinique, l’une de ses muses, prenant cette fameuse pose langoureuse (Cf. Shinique: Now I Know, 2015).

Les tableaux de Mickalene Thomas sont le résultat d’une recherche iconographique qui frise la rigueur archéologique. Outre l’influence des grandes œuvres impressionnistes et réalistes, les magazines afro-américains cultes des années 1960, comme Ebony and Black Tail, fournissent à Mickalene Thomas quantité de motifs qu’elle découpe pour élaborer ses études préparatoires. Il faut également ajouter les 18 volumes de The Practical Encyclopedia of Good Decorating and Home Improvement, véritable bible de la décoration intérieure publiée aux Etats-Unis en 1971.

En 2013, cet intérêt pour les intérieurs rétro s’est concrétisé dans un espace à trois dimensions : Mickalene Thomas a alors transformé la Volkshaus de Bâle en un « bar artistique » nommé Better Days. Cette installation a servi de salle de concert pour diverses performances musicales durant la Foire Internationale d’Art Contemporain de Bâle (Art Basel, du 11 au 15 juin 2013). Mickalene Thomas y a convié de nombreux invités dont les interactions ont donné vie à l’installation. C’est ce qui a poussé l’artiste à poursuivre son exploration de l’idée de communauté – une communauté dans laquelle artistes, curateurs, musiciens et créateurs en tous genres sont invités à se côtoyer et à dialoguer, à échanger idées et récits de leurs expériences personnelles.

C’est la même notion de groupe qui prévaut dans le «tête-à-tête» présenté par Mickalene Thomas à la Galerie Nathalie Obadia de Bruxelles. L’idée d’une « exposition dans l’exposition » est née en 2012, à la suite d’une «Conversation entre amis» organisée par le MoMA entre Mickalene Thomas et les artistes Clifford Owens, Derrick Adams et Xaviera Simmons  (ces deux derniers faisant partie du tête-à-tête bruxellois). Le quatrième opus de «tête-à-tête» présente des œuvres de huit artistes, tous d’origine africaine ou afro-américaine, chacun proposant sa représentation du corps noir.

Conjointement à cet effort collaboratif, «I am your sister», exprime avec force l’importance des récits et de l’identité noirs, reflétant non seulement l’histoire américaine et ses courants socioculturels, mais aussi l’expérience des êtres, des muses, des artistes et des amis qui entourent Mickalene Thomas.

Parallèlement à l’exposition, le Wiels (Centre d’Art Contemporain de Bruxelles) présentera, le vendredi 20 novembre 2015 à 19h, une conversation entre Mickalene Thomas et Elvan Zabunyan, historienne de l’art française. L’idée de cette conversation avec Mickalene Thomas étant de créer des points de jonction entre ses travaux et les références historiques, politiques, culturelles que l’artiste convoque dans l’élaboration de son œuvre visuelle.
 
Le nouveau catalogue de l’artiste: MUSE – Mickalene Thomas : Photographs, dernière monographie de Mickalene Thomas, sera publiée en janvier 2016 par la Fondation Aperture (New York, États-Unis).

----------------------------------

Mickalene Thomas est née en 1971 dans le New Jersey, elle vit et travaille à Brooklyn (New York).

Artiste pluridisciplinaire parmi les plus reconnues sur la scène artistique actuelle aux Etats-Unis, Mickalene Thomas a participé, depuis 2003, à de nombreuses expositions, tant au plan national qu’international. Elle est connue pour mêler références à l’histoire de l’art, politique et culture pop afin de créer des tableaux saisissants, à la fois figuratifs et non-figuratifs. Son œuvre s’enracine dans une longue étude de l’histoire de l’art et du portrait classique. Mickalene Thomas y introduit une notion complexe de féminité, contestant ainsi les définitions habituelles de la beauté et de la représentation esthétique.

Sa première exposition personnelle s’est tenue en 2012 au Brooklyn Museum de New York et au Santa Monica Museum of Art, en Californie. Elle a récemment exposé à titre individuel à la George Eastman House (New York), à l’Ecole des Beaux Arts de Monaco et à la première Biennale Internationale d’Art Contemporain de Colombie. Elle a également contribué à un grand nombre d’expositions collectives, au Centre d’Art Contemporain La Conservera à Ceutí (Espagne), à la Corcoran Gallery of Art de Washington, au Hara Museum de Tokyo, à la National Portrait Gallery de Washington et à la galerie Saatchi de Londres.

Ses œuvres ont intégré les collections permanentes des musées new-yorkais : Museum of Modern Art, Brooklyn Museum, Solomon R. Guggenheim Museum et Whitney Museum of American Art; on les retrouve également au Detroit Institute of Arts, au Hammer Museum de Los Angeles, au Nerman Museum of Contemporary Art dans le Kansas, au Seattle Art Museum ou au Smithsonian American Art Museum entre autres.
 
------------------------------------
ARTIST TALK
Regarder l’objectif avec subjectivité : pouvoir du corps genré

Une conversation entre Mickalene Thomas et Elvan Zabunyan Vendredi 20 novembre à 19h.

WIELS, Centre d’Art Contemporain
354 Avenue Van Volxem,1190 Bruxelles
T: +32 (0)2 340 00 53
Contact: welcome@wiels.org www.wiels.org

-> French version
-> English version
-> Dutch version